Pour la deuxième année consécutive, j'ai le plaisir d'assister à la remise du Prix de la Porte Dorée, à la Cité de l'Immigration - qu'on ne présente plus ! Mais cette année, la soirée se déroule quelques jours après les élections (européennes). Il y aura donc quelques allusions, tout au long de la soirée. Rappelons que l'un des slogans d'une campagne de "publicité" pour la Cité était "L'immigration, ça fait toujours des histoires". A peine quelques jours après le 26 mai, les esprits restent combatifs...

IMG_3472

Le jury prend la parole à tour de rôle, pour évoquer un livre qui les a particulièrement touché. Nous commençons par Emmanuel Kherad, qui défend Ballade d'un amour inachevé. C'est LA révélation de la rentrée littéraire 2013 pour l'animateur de la Librairie francophone (sur France Inter). Déjà que le joli titre et la critique dithyrambique de certainEs de la Cité m'avait donné envie, mais là je suis définitivement convaincue ! 

IMG_3475

Ensuite, c'est au tour de la présidente du jury, la dynamique Léonora Miano de parler de Giorgia, de Julien Delmaire et d'annoncer d'emblée qu'elle a adoré ce roman dès sa sortie (en août 2013). Elle relève que Delmaire n'a "pas peur parfois de nous renvoyer au dictionnaire", qu'il manie une langue riche. Un livre qu'elle qualifie de "requiem rock (..) dédié aux grands blessés de l'enfance". Enigmatique sentence, pour moi qui n'ai pas lu Georgia, mais qui donne envie d'en savoir plus !

IMG_3479 

Maintenant, le choix des lycéens... Les demoiselles présentes parlent du roman de Faïza Guène, Un homme ça ne pleure pas. Leur participation est éclair, mais on sent que le livre leur a plu ! Natacha Appanah est chargée quant à elle de présenter Faire l'aventure, de Fabienne Kanor. Le pitch est accrocheur, et zut encore un livre à rajouter à ma PAL mentale ! Jacques Toubon se fait lui l'avocat de Guido, de Guy Scarpetta. Ce roman raconte l'histoire, à travers la figure du grand-père de l'auteur, des camps de concentrations et de l'intégration des étrangers en France. Pour finir, c'est Arlette Farge qui prend la parole et nous invite à lire Feu pour Feu, de Carole Zalberg (qui a reçu entre temps, le 7 juin, le Prix Littérature-Monde à Etonnants Voyageurs). Cette émotion que l'on ressent dans la voix et les yeux d'Arlette Farge est due à "l'approche si rare de l'amour paternel" que Carole Zalberg a su, selon elle, décrire.

Bon, et après tout ce blabla si on passait aux résultats ? Vous voulez savoir qui a gagné ? (bon, ok, une semaine après le suspense est un peu fichu...)

Et bien il s'agit de Julien Delmaire, pour Giorgia !

IMG_3484

L'auteur monte sur scène. Son discours décoiffe ! Il nous dit à quel point il trouve ce prix "désirable", combien il était un "fantasme" pour lui. La salle rit. Il relève l'ambiguité du lieu (le Palais de la Porte Dorée a été construit à l'occasion de l'exposition coloniale de 1931) et affirme que ce prix est politique. Il confie qu'il "pensait faire un peu plus le fanfaron" mais qu'il est en fait ému (et ça se voit !). Il ajoute aussi qu'il a envoyé son roman par la Poste... Alors ? Serez-vous le prochain ?

 IMG_3486

Ce fut une belle soirée. J'ai eu la chance d'échanger quelques mots avec Faïza Guène (absolument charmante) et Léonora Miano (impressionnante et super accessible). Encore une fois, ce Prix m'a permis de découvrir de nouveaux livres et des écrivains. Je n'ai plus qu'une chose à dire... Vivement l'année prochaine !