9782709645928_h430Que peuvent bien avoir en commun un traducteur d'allemand, une journaliste féministe, deux cambrioleurs, Apollinaire, des prostituées, Satie et Duchamps ? Et bien l'Exposition universelle de 1915 à Paris, pardi ! Vous n'en avez pas le souvenir ? Normal, première guerre mondiale oblige, elle n'eut jamais lieu. Et ce roman se propose de nous expliquer pourquoi.

Nous sommes en 1910 et le Président de la République, Fallières, veut faire de 1915 l'année de la paix entre les nations. Pour conjurer les tensions internationales, il a l'idée d'inaugurer une Exposition universelle qui surpassera en tous points celle de 1900. Celle-ci "ne sera pas régie par la rivalité mais par la fraternité". Tous les pays participants se retrouveront unis dans la promotion du pacifisme. Il faut impérativement qu'elle jette "les bases d'une entente européenne durable". Mais des attentats à répétition et la constitution d'une "Anti-Expo" mettent à mal le projet... Qui se cache derrière tout ça ? Qui veut la mort de l'Exposition universelle ? Le policier Baramine, membre émérite de la célèbre Brigade du Tigre est bien décidé à trouver les "terroristes" en question. C'était sans compter sur la participation de la jeune et passionnée Jeanne Laguerre, de deux cambrioleurs amateurs et surtout, surtout, sur les filles du Bienveillant, maison close renommée et tenue d'une main de maitre(sse) par l'exceptionnelle Mara Bijou...

Dans ce "roman-feuilleton" (comme le qualifie la quatrième de couverture), il se passe sans cesse quelque chose. Le rythme est haletant et les rebondissements s'enchainent. La foule de personnages n'entame pas le plaisir du lecteur, si tant est qu'il soit un peu amateur d'histoire et amoureux de Paris. Le fait de mélanger des personnalités ayant réellement existé avec des personnages de fiction donne un résultat foutraque mais cohérent à la fois. Quant à ce petit rappel des combats de suffragettes...un régal.

Les deux auteurs, Laurent Flieder et Dominique Lesbros, ont réussi le pari fou d'écrire un livre à quatre mains qui se lit comme s'il avait été écrit par une seule et même personne. Si ce n'est pas le roman de l'année, je vous le concède, j'ai tout de même passé un excellent moment, en riant de cet univers déjanté. Friande de situations cocasses et de jeux de mots, j'ai été servie (un des personnages s'appelle Jean-Aymar de Thou) et l'ai dévoré en deux jours à peine. Je remercie les éditions JC Lattès et Babelio de m'avoir permis de faire cette découverte !

 

La folle histoire de l'urinoir qui déclencha la guerre, de Laurent Flieder et Dominique Lesbros. Editions JC Lattès. 364 pages. 2014.

91028854_o