9782253053552-TDifficile de ne pas être déçue quand on attend beaucoup... J'ai découvert Benoite Groult il y a un peu plus d'un an. J'ai dévoré Ainsi Soit-Elle, et j'ai beaucoup aimé Il Etait Deux Fois. J'ai admiré aussi la femme qu'elle est, pour ses positions féministes, son intelligence, sa grande culture et son humour.

Mais que dire cette fois-ci? Dans Les Vaisseaux du coeur, nous faisons la connaissance de George et Gauvain, deux êtres que tout oppose. George et sa famille, qui vivent à Paris, vont chaque année en vacances à Raguenès, en Bretagne. Elle grandit tout près de Gauvain, fils de paysans pauvres. Mais leurs différences les font se cotoyer dans un perpétuel affrontement. Jusqu'à un fameux bal, en 1948, où George et Gauvain vont succomber l'un à l'autre, et à partir de ce jour, vivre une passion charnelle qui durera toujours....

Je n'ai pas vraiment adhéré à ce roman.. En cause, l'histoire elle-même (car Benoite Groult sait écrire, il ne s'agit donc pas du style). Cette sorte de rencontre à la Roméo et Juliette, ces différences exaltées au rang de l'impossible qui n'empêchent finalement pas l'amour, j'ai trouvé ça assez tarte... L'historienne parisienne et le marin breton, elle qui cotoie des gens cultivés, élégants, quand lui est un pur produit de la "France profonde", c'est assez manichéen. De plus, entre eux deux il s'agit et il s'agira toujours d'un amour contrarié puisque nos héros vont faire leur vie séparemment. Gauvain se mariera, aura quatre enfants; et George connaitra trois longues relations, dont deux qui aboutiront à un mariage, et aura aussi un fils. 

Malgré les années qui passent, leurs retrouvailles seront perpétuelles, de 18 à 50 ans, aux quatre coins du monde. Assez peu probable, et surtout assez alambiqué. Toute la narration de leurs rapports sexuels aussi, ça ne m'a en aucun cas choquée (elle appelle un chat un chat, et alors?!) mais je n'ai pas été exaltée plus que cela par ses descriptions. Ne s'agit-il pas plus ou moins toujours de la même chose? Je me suis donc un peu ennuyée, ayant l'impression de relire sans cesse la même scène, la seule différence étant l'âge des protagonistes et le lieu. Par contre, j'ai reconnu des émotions que j'ai pu ressentir, que tout être humain ayant connu le désir charnel a déjà ressenti. Et j'ai été émue, en tant que femme, et en tant qu'amoureuse, parce que bien sûr, c'est merveilleux de faire l'amour avec un homme, avec son homme. De le regarder avec les yeux du désir au début, puis de l'amour ensuite, et de connaitre parfaitement son corps. Mais fallait-il une histoire aussi bancale pour transmettre ces émotions au lecteur?

Donc oui, si certains passages ne m'ont pas laissée indifférente, j'ai trouvé globalement que la façon de raconter cette histoire était datée, avait mal vieillie (le roman a été publié en 1988). Peut-être sommes-nous trop exposés aux images pornographiques, à la vulgarité, pour apprécier un livre comme celui-ci, en 2012? Ou est-ce simplement moi qui ai du mal avec les histoires d'amour compliquées? Je n'exclue aucune de ces deux idées... 

Je relirais pourtant d'autres livres de Benoite Groult, et entre autres sa biographie, qui attend sur ma PAL, pour mieux connaitre cette femme étonnante.

 

Les Vaisseaux du coeur, de Benoite Groult. Editions Le Livre de Poche. 249 pages.