9782258103665Ove est suédois, il conduit une Saab, a cinquante-neuf ans et un caractère plus que bien trempé (limite caractériel). Voire une tendance à être un emmerdeur de la pire espèce, celle des râleurs impénitents qui semblent détester le monde entier. Non pas que cela soit vraiment le cas, non... Ove est juste un vieux type malheureux, qui vit depuis quarante ans dans le même lotissement et entend ne pas se faire enquiquiner par ceux qui ne respectent pas "l'ordre".

C'est aussi un homme brisé par le chagrin d'avoir perdu sa femme Sonja, puis son boulot quelque temps après. La colère est la seule arme qui lui reste, ou le suicide : il choisit les deux, l'une pour rester en vie encore quelque temps, l'autre pour rejoindre au plus vite son épouse chérie. Mais... un chat et Parvaneh, une voisine iranienne fraîchement débarquée avec son gros ventre de femme enceinte, ses deux petites filles et son mari lourdaud vont contrecarrer ses velléités suicidaires.

J'aurai tendance à qualifier ce roman de "compagnon idéal pour les vacances". Non, ce n'est pas injurieux ni méprisant. Pour être franche, j'espérais de bonnes grosses tranches de rigolade comme avec Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire (publié chez le même éditeur), parce que la comparaison était facile : un auteur suédois, un vieux, des aventures rocambolesques... et pis non. Non, Ove n'est pas Le Vieux, et l'écriture n'a rien de comparable. Un style beaucoup moins travaillé, recherché ici, et parfois quelques moments de niaiserie. Des flash-backs dans le passé un peu répétitifs et pas toujours nécessaires, mais aussi de jolis passages où je me suis tout de même laissée portée par l'émotion. Et malgré l'absence d'éclats de rire, de beaux grands sourires quand même, des fois ! La galerie des personnages est attachante, et Parvaneh absolument délicieuse. Dommage que certains soient juste esquissés malgré leur indéniable intérêt, tandis que d'autres, plus insignifiants au regard de l'histoire, jouissent d'un tas de descriptions.

En définitive, un petit regret : le fait de ne pas lire le suédois. Je suis persuadée, intimement convaincue qu'on doit se bidonner vachement plus en VO. Mais en attendant de parler et lire couramment le suédois, vous pouvez toujours l'emmener dans vos valises cet été...

 

Vieux, Râleur et Suicidaire, La vie selon Ove, de Frederik Backman. Editions Presses de la Cité. 344 pages.

Ce livre m'a été gracieusement envoyé par les Editions Presses de la Cité via Babelio, auprès desquels je m'excuse d'avoir rendu ma copie si tardivement. Editeur que je remercie car malgré ma mauvaise critique de leur précédent envoi, ils ont retenté l'experience, preuve de leur fair-play ! (vas-y lecteur, penses si tu le veux que je suis lèche-cul excessivement flatteuse ! mais je le pense donc je le dis :-)

 

masse_critique