786793

Contes du jour et de la nuit rassemble vingt et une nouvelles, toutes parues dans divers journaux entre 1882 et 1884, avant d'être éditées sous forme de recueil en 1885. La galerie de personnages qui les compose est variée et haute en couleur. Quant à la langue de Maupassant, elle est recherchée, travaillée tout en étant accessible à tous, que vous soyez rompu ou non à la lecture de textes "classiques".

Car ces petits contes ne font que parler de nous, les êtres humains. Ils parlent de nos défauts, comme dans Un lâche, où la peur pétrifie un homme au point de le pousser au pire ; dans Le Gueux, où un pauvre vagabond paye bien tristement l'égoïsme et la méchanceté des villageois. Ils parlent de l'amour aveugle d'un père pour son enfant dans Le Petit, de l'envie démesurée d'un orphelin d'être aimé dans Un parricide. Les tourments de l'âme humaine sont disséqués, scrutés ; on parle de vengeance dans La Vendetta ; de privations pour un instant de bonheur dans La Parure ; de la peur de la mort et du vieillissement dans Adieu. Mais aussi de pardon, dans La Confession, ou de crime sans cadavre, dans Le Crime au Père Boniface.

La chute est souvent inatendue, surprenante, violente. Certaines nouvelles sont comme des claques, où une petite reprise de respiration s'impose avant d'enchainer la suivante... A ce titre, l'Ivrogne est particulièrement horrible et la fin, limite insoutenable. Les mots de Maupassant claquent et remuent par leur redoutable efficacité. Je ne peux que vous conseiller la lecture de ce recueil, qui fait partie de notre patrimoine littéraire ! Par contre, si vous choisissez comme moi l'édition Folio, juste un petit conseil pratique : ne lisez pas les notes en même temps que la nouvelle, mais une fois cette dernière terminée. Sinon, vous risquez de perdre le fil, voire même de connaitre la chute avant de l'avoir lue ! 

 

Contes du jour et de la nuit, de Guy de Maupassant. Editions Folio. 279 pages (avec les notes).