images32Michèle n'est pas dans sa meilleure phase en ce moment. Quinqua divorcée de Richard, son ex-mari aussi protecteur qu'agaçant, elle est aussi la mère de Vincent, jeune adulte tête à claque ; la fille d'une septuagénaire à la vie sexuelle débridée et d'un père enfermé depuis des lustres pour le meurtre de 70 enfants. Pour couronner le tout, son amant (le mari de sa meilleure amie) l'agace, son voisin lui fait de l'oeil, et elle vient de se faire violer. Dis comme ça, ce roman ne vous donne pas envie ? Vous n'êtes pas méga emballés ? Vous auriez bien raison.

Je n'irais pas par quatre chemins ni ne tenterais une longue critique explicative : je n'ai pas aimé. Non seulement c'est lourdingue mais en plus, cette façon de traiter le viol m'a excédé. Philippe Djian a décidé de faire de son héroïne une femme non pas traumatisée par le viol mais émoustillée sexuellement par celui-ci. Et vas t'y pas qu'elle en redemande la vilaine... Soyons sérieux deux minutes ! Fort heureusement, certaines femmes arrivent à intégrer cet évènement douloureux dans leur vie et à le "digérer", à en être moins traumatisées que d'autres (j'en connais, c'est pour cela que je me permet de l'affirmer). De là à dire qu'elle rêverait de remettre ça, faut quand même pas pousser !!! J'ai trouvé le postulat de l'auteur pervers, machiste, excécrable. Et aucun des personnages de son livre, à part peut-être Anna, l'amie de Michèle, ne m'ont semblés sympathiques, humains, touchants. Ils sont juste bouffés par leurs névroses, tous.

Vraiment, si vous pouvez éviter ces 237 pages d'ennui, de sinistrose complaisante, faites-le. Pour ma part, j'ai été jusqu'au bout uniquement pour honorer le Challenge 1% Rentrée Littéraire, sinon j'aurais bien vite abandonné. Oh.... mon Dieu ce que c'était chiant long !

 

"OH...", de Philippe Djian. Editions Gallimard. 237 pages.