T_15863

Joseph K, fondé de pouvoir et citoyen ordinaire, est un jour réveillé par des policiers à son domicile. Il est arrêté, sans en connaître la raison. Pour autant, il reste libre de ses mouvements, et d'aller travailler. Désorienté et en colère, il rejoint son bureau, d'où il reçoit un appel lui indiquant qu'un premier interrogatoire aura lieu le dimanche suivant. Ce jour-là, après avoir passé un long moment à chercher le tribunal, il arrive au centre d'une scène où un magistrat en perruque tente d'instruire sa procédure. Il se rend compte que le public est dirigé par un chef d'orchestre, que le juge ne semble pas connaître son dossier ; mais quelle est donc cette mascarade ? Quelle somme d'évènements étranges ! Mais aucune de ses rencontres, qu'il s'agisse d'un peintre loufoque ou de la fille du magistrat, ne pourront le détourner de son destin...

J'ai un souvenir assez vague du roman de Franz Kafka, que j'avais étudié au lycée. Ce dont je me souviens surtout, c'est d'un texte obscur pour mon jeune cerveau et assez ennuyeux. Malgré les explications de notre excellente professeur, je n'avais pas vraiment su l' appréhender, ni l'apprécier. Et bien cette BD m'a beaucoup plus enchantée que le texte original ! D'abord, elle m'a parue assez fidèle à l'histoire. Ensuite, le dessin, les couleurs choisies, les dialogues, tout nous embarque dans ce récit qui dénonce la justice arbitraire. Car Joseph K ne saura jamais qui l'accuse, ni de quoi. Son crime inconnu le fera courir à sa perte, et ses efforts désespérés pour défendre ses droits n'y changeront rien. La justice apparaît comme une machine aux rouages implacables, une parodie de justice plutôt, qui rend des innocents coupables... 

Je vous recommande vraiment cette BD signée Céka pour le scénario, et Clod pour les dessins (en symbiose parfaite avec l'histoire). Que vous ayez aimé l'oeuvre de Kafka ou non...

 

Le Procès, d'après l'oeuvre de Franz Kafka. Scénario de Céka, illustrations de Clod. Editions Akileos.